bureau

It means “desk” or “work table” in french : how metaphoric for a blog discussing what my work's about. Get the RSS feed.

i

I'm Thibaut Sailly, an independant interface designer based in Paris. Say hello on twitter or by email at thibaut ✉ tsailly ◦ net.

Le Baby is an iOS app I made with Amadour Griffais, a shared and private memory helper for parents with newborns. View on the App Store.

Topics

Archives

© 2010-2022 Thibaut Sailly · Powered by Movable Type · RSS

Le Baby - fondations

La conception, la construction et la commercialisation d'un objet sont une suite de questions sans fin.

Quelle devrait être la bonne taille de cet élément ? Quelle fonte choisir pour porter l'identité graphique ? Quel nom donner à cette fonctionnalité pour la rendre immédiatement compréhensible ? Quel est le bon prix ? Il faut décider de l'ordre des questions auxquelles répondre, et du temps à consacrer à chacune d'elles pour trouver la meilleure réponse possible.

L'harmonie entre les réponses sélectionnées est aussi importante pour la bonne perception du produit par ses usagers que leur pertinence individuelle face à chaque question posée.

Pour assurer un minimum de cohérence entre ces décisions et optimiser le temps passé sur chacune d'elles, la définition des valeurs cardinales d'un projet et une lecture objective de son contexte d'exécution sont autant de guides et d'accélérateurs. Dans ce premier article d'une série sur la publication d'une application sur l'App Store, il m'a semblé important de commencer par lister les états de faits et les principes qui guident les décisions que nous - mon collègue Amadour Griffais et moi - prenons pour Le Baby.

english version available

Activité annexe

Le Baby n'est pas notre gagne-pain, nous y travaillons en utilisant le temps qu'il nous reste une fois que nous avons gagné ce qui nous fait vivre. C'est sans doute la condition qui a le plus influé sur la forme actuelle de l'application et sur notre façon d'y travailler.

le café du matin après avoir déposé les enfants à l'école : quelques minutes pour Le Baby tous les jours

Sachant notre disponibilité limitée, nous avons réduit au minimum le nombre de canaux par lesquels ce projet peut attirer notre attention :

Nos processus de collaboration sont aussi réduits à leur minimum : l'échange par écrit le plus concis et le moins fréquent possible, et des rencontres occasionnelles pour avoir des échanges plus riches et subtils. Notre implication dans le projet varie au cours de l'année, elle n'est pas constante : il arrive que nous fassions un effort particulier pour respecter une date de publication, mais il est toujours fourni sur notre temps libre.

L'influence principale de cet état de fait sur le produit est que nous faisons très attention à la stabilité dans le temps de ce que nous construisons. Que ce soit le code de l'app, la rédaction de sa description, la vidéo de pré-visualisation sur l'App Store, ou la mise en page du dossier de presse, nous essayons d'en faire des objets modulaires qui ne demanderont que peu de temps pour accueillir les prochaines évolutions fonctionnelles de l'app.

Indépendance

Nous avons constaté dans nos expériences professionnelles respectives à quel point la pression financière peut parfois prendre le contrôle de la définition d'un produit, laissant le gain de pertinence pour les usagers ou le degré de finition au second plan lorsqu'on doit décider de ce qui doit être fait à un moment donné.

un bel arbre dans un champs dans les dernières heures de soleil de la journée

En choisissant de réaliser Le Baby avec nos propres moyens, et de ne pas faire appel à des investisseurs qui nous auraient permis d'aller plus vite, nous nous sommes assurés de garder le contrôle sur la liste des fonctionnalités que l'application propose et proposera, leur qualité de finition, et le rythme auxquelles elles seront publiées. Certes, nous avançons plus lentement, et le retour sur investissement reste pour le moment comique, mais nous pensons que nos utilisateurs actuels et futurs bénéficient des choix que nous avons fait par soucis d'indépendance.

Il n'y a par exemple aucun traqueur installé dans l'app pour en mesurer l'usage écran par écran. Nous faisons la lumière sur ce que font nos usagers en discutant avec ceux qui prennent contact avec nous, ou en organisant des tests en face à face - les parents de nourrissons sont assez faciles à repérer, un avantage indéniable. Un aperçu non quantifié qui aurait été sans doute dur à défendre auprès de personnes ayant investi de l'argent dans notre projet. Peut-être y serions-nous arrivés, mais le temps utilisé pour les convaincre n'aurait pas été mis au service des usagers.

Autre choix que nous avons fait pour préserver notre indépendance et qui nous a déjà rendu un immense service, c'est de ne pas utiliser de bibliothèques de code tierces. Certaines auraient permis d'accélérer la construction de certaines parties de l'app, mais la compatibilité de Le Baby avec les nouvelles APIs offertes par iOS chaque année aurait été dictée par celle des bibliothèques. Lorsque nous avons mis en place le partage de données entre usagers cette année, nous avons pu utiliser les évolutions de CloudKit proposées sur iOS 15, qui permettent de chiffrer les données transmises. Si une bibliothèque tierce essentielle au bon fonctionnement de l'app avait estimé que sa stabilité sur iOS 15 n'était pas une priorité, nous aurions dû attendre pour déployer cette fonctionnalité essentielle pour les parents.

Pratique

Le point de départ de ce projet a été un constat que la prise de notes des habitudes alimentaires et de sommeil d'un bébé sur un carnet ou avec les applications existantes n'étaient pas très pratiques. Par éducation ou déformation professionnelle, notre tendance naturelle est de fuir tout ce qui n'est pas pratique et de chercher des alternatives plus évidentes. Une attention très particulière est donc naturellement portée aux écrans de l'app, mais aussi à tout ce qui génère des frictions dans les diverses facettes du projet (outillage, rédaction, production d'images, organisation de nos fichiers de travail).

Un robinet de fontaine publique sur lequel on peut accrocher l'anse d'un seau pour ne pas avoir à le porter en attendant qu'il se remplisse. Italie.

Un choix qui a influencé la forme de l'objet Le Baby et qui a été dicté par la recherche de praticité est l'utilisation de la fonte San Francisco pour les écrans de l'app. J'avais au départ sélectionné Avenir Sans pour composer les premières maquettes, mais San Francisco permettait d'assurer la bonne adaptation des écrans aux mises à l'échelle gérées par iOS.

Autre exemple où la chasse à la friction est un soucis permanent et a une influence formelle directe : la composition des documents destinés à la presse (emails, communiqués, dossier de presse ou page web). Le temps d'attention des destinataires se compte en secondes, parfois sur les doigts d'une main. S'assurer que le message passe rapidement est très important si on veut espérer être cité un jour dans un article de presse. Pour Le Baby, c'est d'autant plus important que nous n'avons pas l'intention d'utiliser la publicité ciblée pour atteindre nos utilisateurs potentiels, pour des raisons évoquées plus bas. Nous construisons le meilleur produit possible pour les parents de nourrissons, pour que leur satisfaction alimente le bouche à oreille, et soit vue par certains titres de presse comme un sujet digne d'intérêt pour leur audience.

Vie privée numérique

Cela fait longtemps que nous sommes tous les deux convaincus du bienfondé du respect des données d'usagers de produits numériques. Pour construire et promouvoir Le Baby, nous sommes restés ancrés à ces principes, même si cela a pour conséquence une croissance commerciale plus timide. Il nous semble plus important d'offrir aux usagers la certitude que les informations qu'ils ajoutent dans l'app n'en sortent que s'ils le décident activement, que de gagner plus d'argent rapidement. Ce respect de la vie privée des usagers a une influence sur la construction de l'app, son modèle économique et sa commercialisation.

Poignée d'une porte d'appartement tout juste ouverte

Du point de vue de la construction, nous avons fait en sorte que par défaut, les données restent sur l'appareil, et qu'elles n'en sortent que suite à une action explicite de la part de l'utilisateur, à chaque fois. Il est possible d'exporter ponctuellement les données enregistrées au format csv, et depuis avril dernier de les synchroniser avec des proches. Ce partage repose sur CloudKit, ce qui nous a permis d'utiliser la plus grande protection des données proposée par Apple, et de nous assurer que seuls les usagers peuvent accéder aux informations qu'ils ajoutent (les notes écrites peuvent être intimes) car elles restent au sein de leur compte iCloud. La mise en place du partage est aussi plus simple car il n'y pas besoin de créer de compte « Le Baby » avec email et mot de passe. Point extrêmement positif d'un point de vue opérationnel, nous n'avons pas à gérer les serveurs utilisés pour l'échange des données. Revers de la médaille : lorsque les serveurs ne fonctionnent pas bien, nous n'avons aucune visibilité sur le rétablissement du service, ce qui affecte la qualité du support client.

Ajouter des publicités dans l'application nous aurait permis de gagner plus d'argent plus rapidement. Mais les usagers auraient perdu en confort d'utilisation à cause de la réduction d'espace vertical disponible pour les informations qui les intéressent vraiment, notre mode nuit n'aurait pas pu avoir l'efficacité qu'il a aujourd'hui (un bandeau publicitaire avec un fond clair peut à lui tout seul éclairer une pièce plongée dans le noir et déranger le bébé qui mange), et l'expérience aurait tout simplement été moins sympathique et mémorable. Nous avons eu le retour d'un parent qui était ravi d'utiliser à nouveau Le Baby pour son deuxième enfant - pas certain que le plaisir d'y revenir aurait été le même avec un bandeau publicitaire.

Dans la même veine, aucun traqueur n'est installé dans l'app, et nous ne collectons aucune donnée que nous pourrions revendre à des tiers, comme peuvent le faire certains de nos concurrents (la page Privacy de l'application Glow est assez explicite, si on prend le temps de la lire).

Pour le moment, nous n'avons pas de budget publicitaire, mais nous espérons que cela viendra rapidement. Lorsque nous commencerons nos campagnes, nous choisirons des régies qui ne reposent pas sur la collecte de données personnelles et la construction d'un profil pour leur fonctionnement. Ca serait hypocrite d'avoir un point de vue critique sur Facebook/Meta, pour ensuite leur acheter de la visibilité pour faire connaître notre application.

Fait maison

Le dernier point qui guide notre mode opératoire est que nous privilégions le sur-mesure lorsqu'on est capable de le faire correctement, plutôt que de récupérer ailleurs un existant moins qualitatif pour gagner du temps.

studio photo maison lors de prises de vues pour une communication à venir

D'une part, ce que nous fabriquons sera toujours plus finement fidèle à notre intention de départ. D'autre part, vous l'aurez compris, nous préférons nous donner le temps de bien faire plutôt que de hâter.

Lorsque nous avons commencé à travailler ensemble sur Le Baby, le but était de se servir de ce projet comme d'une vitrine de notre savoir-faire respectif. La volonté d'en faire une réussite commerciale est venue plus tard, quand nous avons vu que les usagers y trouvaient de la valeur. Mais l'aspect vitrine de nos capacités reste présent, et joue toujours dans nos décisions.

Cela prend évidemment plus de temps, mais le plaisir est là et on a rarement honte du résultat. De mon côté, cela m'a permis de pratiquer l'écriture, la photographie mise en scène, ou encore l'illustration, et d'améliorer mon jugement si ce n'est ma technique dans ces domaines.

Voilà, si vous avez poursuivi la lecture jusqu'ici, vous avez un bon aperçu du cadre dans lequel le projet opère. Le prochain article rentrera dans le vif du sujet en parcourant les attributs de l'interface de Le Baby.

« past present »